Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Résumé et contexte. La psychiatrisation du transsexualisme a permis sa prise en charge (en 1979 en France), liant un changement irréversible de sexe (compris comme catégorie sociopolitique) au sexe (compris comme étant l’organe sexuel) et engageant un changement définitif de genre. La clinique trans suit là la clinique intersexe où l’individu voit son corps modifié afin de permettre un alignement (ou réalignement) sexe-genre. Non sans réexamen et interrogations venues des terrains.

A la suite d’une annonce d’une réécriture des attendus du transsexualisme dans le DSM, la CIM (Classement des Maladies Mentales – OMS) co-organise une rencontre. Elle s’est déroulée à la Sorbonne (Paris) en décembre 2010. Comment dépsychiatriser sans démédicaliser et provoquer un déremboursement lors des prises en charge institutionnelles ? Comemnt justifier une telle psychiatrisation ? Quel rapport avec la psychiatrie ?

Publié in L’Information psychiatrique, Vol.87, n°4, avril 2011

Publicités